Deux rêves éveillés pour booster ton orientation

Publié par katell le

Quand tu penses à ton orientation et que tu ne rencontres qu’un gros doute vide et silencieux en guise de réponse. Tu te dis:  demain, tu trouveras la solution, ou bien tes parents et tes profs, et pour le moment tu regarderais volontiers le dernier épisode de Fargo.

Sauf que cette question tourne autour de toi avec autant d’entêtement obtus qu’un moustique au milieu d’une nuit d’été.

Alors, t’es tu déjà simplement demandé quelle place tu es prêt à accorder au travail dans ta vie?

Pas dans 10 ans, non, c’est beaucoup trop loin, très difficile à imaginer. Essaie quelque chose de plus proche, en pensant à ce que tu aimerais faire de tes journées, avec qui, où, et comment tu vivrais: chez tes parents, en coloc, ou dans ton camion?

Premier rêve

Laisse toi aller à ce genre de rêve: te faut-il de l’aventure, des gens autour de toi, du confort, de la solitude, du bruit, de la tranquillité, de l’air, de l’eau, de la montagne, de la ville… Ne t’interdis rien, parce que si tu censures déjà tes rêves, que feras tu devant les premiers obstacles?

 

Dessine tranquillement ce que serait cette vie, cette première partie de vie adulte, offre toi plusieurs scénarios si tu le souhaites. Discutes en avec tes amis, ton copain, ta copine, et ceux de tes proches qui accepteront de jouer avec toi. Car il s’agit en effet d’un jeu, un jeu dont tu es le héros ou l’héroïne, avec des vies infinies, et toujours la possibilité de recommencer. Tant qu’on rêve tout est permis, tout est possible. Le rêve est une graine de projet. Rêver, jouer.

Ensuite pose toi une autre question: qu’est-ce que le travail pour toi? Une grosse bête immonde et puante? L’accomplissement rêvé d’une vie de gagnant? Un mot inconnu? A t-il une place dans ton rêve?

Si ce n’est pas le cas, reprend ton rêve et demande toi combien d’argent il te faudrait pour vivre ainsi, et comment tu trouverais cette somme?

Maintenant, soit tu es déjà rentier, soit tu es entretenu par ta copine ou tes parents, soit tu bosses pour t’offrir cette vie.

Ok me diras tu, mais quel boulot je choisis?

Déjà un métier qui ne gâche pas ton rêve. Soit qu’il fasse partie de ton rêve, qu’il soit lié à une de tes passions. Soit qu’il occupe une place assez discrète pour préserver le temps de tous les plaisirs qui font partie de ton rêve.

Tu peux également décider de n’exercer qu’un métier alimentaire, qui te donne le niveau de vie dont tu as besoin et t’en contenter.

Deuxième rêve

Mais tu peux aussi te lancer dans un deuxième rêve. Dans ce rêve, tu vas imaginer que tu es utile à la société. Que les gens te reconnaissent pour ce que tu leur apportes, et que c’est de ça que tu vis. Peux tu seulement imaginer cela? T’imaginer rendre un service à la société? à des gens? et quels gens?

Pour ce second rêve il y a une contrainte: respecter le premier rêve. L’activité qui te vaut la reconnaissance des autres doit être compatible avec le genre de vie que tu veux mener.

Si tu n’arrives pas à rêver, regarde des vidéos qui racontent la vie d’autres personnes sur Internet. Demande à tes parents comment ils ont choisi leur métier, et à un maximum de gens que tu connais. Lis des biographies de gens que tu apprécies. Imprègne toi de ces histoires, jusqu’à ce que tu sentes que tu peux t’identifier à certaines histoires. Quand tu y es, alors, recommence à rêver.

 


katell

Psychologue et psychanalyste, je collabore depuis plusieurs années avec des conseillers d'orientation et des formateurs. J'ai aussi deux fils qui se demandent ce qu'ils feront à l'âge adulte. C'est pour eux que j'ai décidé de réunir mes connaissances sur ce blog, et finalement de les partager avec vous. Ensemble on va plus loin ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.