Pourquoi l’orientation scolaire arrive toujours trop tôt?

Publié par katell le

 

Beaucoup de lycéens ne savent pas vers quelle filière s’orienter. Ils ont l’impression que c’est trop tôt, qu’ils ne sont pas prêts. Pourtant ils doivent effectuer des choix dès la fin de la troisième, parfois même en cinquième. Le parcours d’orientation scolaire est conçu comme un entonnoir dont les bords se resserrent au fur et à mesure de leur progression dans les classes. Chaque année ils se spécialisent, avec peu de possibilités de revenir en arrière. La pression est forte pour ceux qui n’ont pas la moindre idée du métier ou du domaine dans lequel ils aimeraient travailler. Et même ceux qui le savent ont peur de se tromper et de ne pas pouvoir changer de voie.

Si je suis bon en math, alors je dois faire des maths?

En fait quand tu reçois les fiches de vœux pour l’année suivante, tu choisis souvent par défaut, la filière où tu trouveras les matières que tu apprécies le plus, souvent parce que c’est là que tu as les meilleures notes. Cette stratégie à ses limites : tu peux être bon dans une matière parce que ton prof l’enseigne avec enthousiasme. Inversement, un prof déprimé ou agressif ne te donnera pas envie de progresser dans son domaine. Tout ça ne te permet pas de savoir ce que tu aimes réellement, et encore moins de choisir la filière qui te donnera un métier. Alors faut-il passer des tests d’orientation?

Penser librement sous contrainte

Le problème est que les méthodes d’enseignement actuelles te mettent dans une situation contradictoire. Pour définir ton orientation tu as besoin de mieux te connaître. Et pour mieux te connaître, tu doit tester tes capacités et affirmer tes centres d’intérêts. Or en tant qu’élève tu es conditionné à obéir, et à répéter par cœur ce qu’on t’apprend ou tout au moins à partager le point de vue des professeurs. C’est tout le contraire de ce qui peut te faire grandir ! Quand on se contente d’obéir, on ne prend pas de responsabilités, et quand on se contente de répéter ce que disent les professeurs, on n’exprime ni ce qu’on pense, ni ce qui nous intéresse.

Pourtant, à partir 15 ans, on a à peu près les capacités intellectuelles et physiques d’un adulte, tout en restant sous la responsabilité des parents. Certains sauront utiliser pleinement ces capacités, quitte à s’investir en dehors de l’école dans des actions concrètes. Mais la majorité d’entre vous a du mal à trouver des espaces de liberté où il est possible de se réaliser sans être majeur, tout en ayant un peu de soutien de la part des adultes.

Prendre ta place dans la société

Pour choisir ton orientation professionnelle, il te faut une certaine maturité, c’est à dire être capable de te projeter comme adulte dans la société.
Cette capacité s’obtient uniquement par l’expérience, par essais et erreurs. En prenant la parole, en agissant concrètement auprès des autres et pour toi, en prenant le risque de te tromper, d’échouer pour apprendre et gagner en confiance.

Entre 15 et 20 ans tu commences à te demander quelle place tu pourrais prendre dans la société, quel rôles tu voudrais jouer (il peut y en avoir plusieurs). Pour en avoir une idée, tu as besoin de temps et qu’on t’encourage à prendre de vraies responsabilités.

Ces encouragements sont parfois rares. Il faudra aussi qu’on te fasse confiance. Dans les établissements scolaires, et dans certaines familles, les collégiens sont surveillés de près. Ils ne peuvent prendre quasiment aucune initiative sans la présence d’un adulte. Les salles sont fermées à clés, les équipements sportifs aussi, parce que l’on craint les dégradations.

Comment agir pour mieux se connaître

Au lycée l’étau se desserre un peu, tu as plus de possibilités de circuler librement, d’organiser des activités. Tes parents te laissent plus facilement sortir, les réseaux sociaux te permette d’organiser tes loisirs, les centres culturels et les associations sportives en proposent également. C’est le moment d’agir et d’explorer à fond ! Tout ce que tu expérimenteras en dehors du lycée, toutes les initiatives que tu prendras t’aideront à mieux te connaître !

Concrètement, ça veut dire que pendant ton temps libre tu ne peux pas te contenter de regarder des séries, ni de jouer à la PS3. Alors tu me diras que tu as ton entraînement de Basket deux fois par semaines ou ton cours de guitare. C’est déjà un début, mais ça ne te fera grandir que si dans ces activités tu prends des responsabilités et des initiatives ET que ça te met en relation avec d’autres personnes. Par exemple si tu crées un groupe de rock, ou si tu entraînes les petits dans club de ton sport. Et tu peux bien sûr explorer tes capacités en dehors de ces activités, en organisant des soirées, des week-ends avec tes amis, ou en créant  ta chaîne Youtube.

Ainsi découvrir des métier, s’informer sur les filières est certes important, mais cet aspect de l’orientation survient trop tôt. Tant que tu n’as pas découvert les conditions dans lesquelles ta personnalité pourrait s’épanouir, tes qualités et les peurs que tu veux dépasser, tu as peu de chance de profiter de ces informations. Elles n’auront tout simplement aucun sens pour toi. Et ce ne sont pas les tests d’orientation qui feront le boulot à ta place.

Maintenant à toi de jouer, et d’agir pour mieux te découvrir!


katell

Psychologue et psychanalyste, je collabore depuis plusieurs années avec des conseillers d'orientation et des formateurs. J'ai aussi deux fils qui se demandent ce qu'ils feront à l'âge adulte. C'est pour eux que j'ai décidé de réunir mes connaissances sur ce blog, et finalement de les partager avec vous. Ensemble on va plus loin ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.