Dominique Faye, photographe animalière et prof de collège

Publié par katell le

Vous avez peur des lions?

Moi aussi.

Mais pas Dominique. Elle, elle craint plutôt les hippopotames. Un jour, en brousse, elle s’est trouvée face à une lionne. Elle a tranquillement reculé jusqu’à sa jeep, sans paniquer, voilà, rien d’exceptionnel vous dira t-elle. Il suffit de connaître les animaux.

Avant d’en arriver là, elle a fait du chemin. Un parcours qu’elle nous raconte, rien qu’à nous, rien que pour vous, lecteurs de ce blog, chercheurs d’orientation ou simples curieux. Une histoire qui démarre assez mal, pour déboucher sur un destin que beaucoup envieront.

Pour l’écouter, clique sur le podcast au dessus de cet article, tu peux aussi le télécharger et l’écouter plus tard.

photographe animalière

 

Au tout début, ça va. Dominique adore la musique et les animaux. Elle a même un cheval. Son père lui apprend aussi la photographie.

Par contre l’école et elle ça fait deux. L’adolescente décroche en 3e. Loupe son CAP de photographe. Rate aussi son entrée dans une prestigieuse boîte de production audiovisuelle. Elle galère dans le Val d’Oise, elle trouve des petits boulots dont personne ne veut. Mais il faut bien manger. Elle s’est même retrouvée dans un squat. Une noirceur au quotidien qui l’emmène vers une prise de conscience : elle file tout droit vers une vie de clocharde.

Dominique se réveille. Là c’en est trop. Elle ne peut pas continuer comme cela. Elle opère un virage à 180 degrés.

héron

Retour dans le monde des vivants. Elle passe son bac en candidate libre.

La jeune femme prend des petits boulots ingrats, sauf que cette fois il lui servent à financer ses études de musicologie. Passionnée, elle veut devenir chercheur au CNRS. En musicologie. En attendant elle te raconte sa chambre à 30 euros par mois, et pas grand chose pour manger. Mais elle s’en fiche, elle étudie. Plus jamais elle ne veut souffrir de la faim, de la précarité. Elle bosse. Elle obtient sa licence, et découvre que chercheur au CNRS, dans son domaine, ça va être compliqué.

Par contre avec son diplôme elle peut effectuer des remplacements de prof dans les collèges. Elle prend plaisir à travailler avec les ados. Elle en fait son métier. 4 ans plus tard elle demande et obtient sa mutation à l’île de La Réunion, où elle vit depuis 20 ans. Elle enseigne dans un collège en zone d’éducation ultra-prioritaire. Progressivement elle développe des projets audio-visuels avec les élèves. Ils font des reportages, des créations qui sont primées. Pendant les vacances scolaires, Dominique part en Namibie, elle offre ses services à une ONG, part en safari photo.

L’hiver elle nage avec les baleines et leurs petits à proximité des côtes de la Réunion.

Ses travaux de professeur comme de photographe sont reconnus. Elle établit des contacts avec des scientifiques des Terres Australes Antarctiques Françaises (TAAF). Dominique monte avec 8 adolescents de 14 ans un projet totalement fou. Pendant un mois ils partent vers les terres Australes Antarctiques à bord du Marion Dufresne, un bateau d’expédition. Les jeunes, 4 garçons, 4 filles, découvrent la vie à bord, côtoient des spécialistes du climat, de la faune, de la flore, des marins, des journalistes. Ils débarquent en hélicoptère sur les îles, filment les colonies de manchots, publient des reportages pour leurs copains restés à terre.

 

photographe animalière manchot royal

J’ai découvert Dominique sur Internet, au cours d’un MOOC de l’école de l’image des Gobelins à Paris. Je vous écrirai un article la-dessus prochainement. Les MOOCs, ce sont des cours en ligne ouverts à tous. Tu peux y apprendre un peu de tout sans bouger de ton fauteuil: l’astronomie, le chinois, la programmation ou bien à filmer avec ton smartphone si tu es aussi nul-le que moi mais que tu ne veux pas le rester.

Donc j’ai rencontré Dominique Faye sur la page Facebook du Mooc des Gobelins et j’ai halluciné quand j’ai vu ses vidéos. C’est là que j’ai compris que j’avais affaire à quelqu’un de spécial. Photographe, enseignante, reporter, indéfinissable! Une femme qui vit la nature avec intensité. Quelqu’un de généreux qui aide les jeunes et moins jeunes à se lancer dans la vie, comme ces ados qu’elle a emmenés à proximité de l’Antarctique. Tellement généreuse que voyant que je ne m’en sortais pas avec la technique pour l’interview à distance (ben oui, je n’ai pas le budget pour me déplacer à la Réunion), elle a elle-même repris mes questions et réalisé cet enregistrement  avec du matériel de pro. – Au fait, c’est mon PREMIER podcast! On applaudit 🙂 –

 

Les secrets d’orientation de Dominique

Transformer le plomb de la vie en or ou savoir rebondir

Après des années de galère, Dominique a  touché le fond et décidé de remonter. Désormais quand elle plonge, c’est pour filmer les tortues de mer. Mais plus encore, elle va chercher les jeunes qui rament à l’école pour les initier à ses passions, leur apprendre à s’exprimer, à raconter le monde par des films, des reportages. Elle est très motivée pour transmettre et partager son amour de la nature, de l’image et du son.

Persévérer, aller au bout de ses objectifs

On imagine que sa reprise d’études n’a pas été si facile. D’autant plus qu’elle les a elle-même financé en travaillant. Mais elle n’a pas lâché. De la même façon qu’elle a su trouver en deux mois et demie l’argent nécessaire à l’expédition de ses élèves dans les Terres Australes.

Vivre en accord avec ses passions

La situation de Dominique semble idéale au regard de ses valeurs et de ses centres d’intérêts. Elle a réussi à allier son métier de professeur avec ses qualités artistiques. Elle aurait pu essayer de vivre de la photographie animalière. Mais c’est un milieu très concurrentiel, avec beaucoup de prétendants et peu d’élus. En vivant à sa manière, Dominique demeure libre d’effectuer le travail qui lui plaît, où elle veut, comme le veut, et dans le plus grand respect des animaux et de la nature. C’est un choix qui lui laisse beaucoup de liberté et préserve son authenticité.

 

Comment devenir photographe animalier?

Le mieux serait d’écouter le podcast…. il existe des écoles généralistes, mais la technique ne peut s’acquérir qu’en pratiquant et en partageant avec d’autres passionnés. Ensuite il faut aimer la nature, être capable de se poser des heures à l’affut, dans des conditions parfois inconfortables, jusqu’à ce que les girafes veuillent bien prendre la pose.

Quant à en vivre… comme tous les métiers artistiques, il faut travailler, persévérer, provoquer les bonnes rencontres, communiquer, sans garantie de succès. Souviens-toi du parcours de Paul Cauet, le dessinateur de BD!

Sinon, l’enseignement est souvent une bonne solution pour vivre d’une passion artistique, qu’il s’agisse de la musique, du dessin ou de la photographie.

Voilà toujours un lien vers le site de Dominique dont tu pourras admirer le patient travail.

Et le teaser de sa chaîne youtube

Comment devenir professeur de collège et de lycée?

Déjà avec une licence dans une matière enseignée en primaire ou dans le secondaire tu peux enseigner en tant que remplaçant. Si ça te plaît, il te faut un Master MEEF (métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation), que tu peux même passer en alternance si tu as moins de 26 ans.

 


katell

Psychologue et psychanalyste, je collabore depuis plusieurs années avec des conseillers d'orientation et des formateurs. J'ai aussi deux fils qui se demandent ce qu'ils feront à l'âge adulte. C'est pour eux que j'ai décidé de réunir mes connaissances sur ce blog, et finalement de les partager avec vous. Ensemble on va plus loin ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.