Le casse-tête de l’orientation

Publié par katell le

Le fameux “casse-tête de l’orientation”, une question qui se pose à tous les âges de la vie : à l’adolescence, au milieu de la vie, à la retraite.

Le premier casse-tête qui revient tout le temps et qui nous empêche de penser : c’est la PEUR!

Quand on est jeune on a peur de ne pas trouver de travail, où de ne pas trouver Le job de ses rêves, et de se tromper comme si on jouait l’intégralité de sa vie, là, d’un coup de dé !

A l’âge adulte quand on a déjà construit pas mal de choses, la peur de les perdre nous paralyse. On sait ce qu’on a aujourd’hui, on ne sait pas ce qu’on aura demain !

A l’approche de la retraite, pour certaines personnes c’est la panique, il faut remplir son emploi du temps pour éviter la mort sociale ! Si tu ne fais rien, tu n’es plus rien, tu es mort !

Et là on voit que le second casse-tête de l’orientation, c’est l’URGENCE!

En France, on a des paliers, comme des niveaux dans les jeux vidéos. Ça démarre en 5e, puis en 3e, puis ça se resserre :classe de seconde, première, terminale…. Quel bac choisir ? Quelles études ?

Ensuite ça peut être la perte de son emploi, les allocations chômages qui s’épuisent, ou bien des conditions de travail qui deviennent insupportable, mais que faire ? On a envie de fuir, et comme dans un cauchemar, on ne peut plus bouger !

Et un troisième casse-tête: l’IGNORANCE.

Je ne sais pas,je ne sais pas quoi faire, je ne sais pas ce que j’aime, qui je suis? Comment sortir de là? Où aller? Je ne trouve pas d’issue. Je ne veux pas me tromper encore une fois !!!

Alors on écoute des conseillers, des professeurs, des gens qui ont l’air de savoir . Et en fait, souvent, on se rend compte que leur savoir, il ne marche pas pour nous.

Mais on ne peut rien décider sous l’emprise de la peur ! On ne peut pas prendre les bonnes décisions dans l’urgence ! Et c’est normal, je dis bien normal, de NE PAS SAVOIR, dans ces conditions !

L’orientation scolaire et professionnelle sert d’abord les besoins économiques du marché, avant tes aspirations.

Je m’explique : tu dois te former pour un travail qui existe, pour des compétences dont les entreprises ont besoin. Tu dois faire ce dans quoi tu es bon à l’école. Si tu es bon en informatique, fais de l’informatique. D’ailleurs si tu es bon en informatique c’est que tu aimes ça. Et surtout : ça recrute !

Mais c’est faux. On peut savoir faire quelque chose et ne pas vouloir en faire un métier. On peut être assez bon dans un domaine, sans en être vraiment passionné. On peut même avoir une passion et ne pas vouloir en faire un métier.

Cette stratégie ne fonctionne pas : partir des emplois qui recrutent et de ses compétences pour décider de son orientation professionnelle, ça ne marche pas pour beaucoup de gens.

L’orientation est une conséquence d’un processus long

Un processus où on apprend à se connaître, où on découvre ce qui existe, où on a pris le temps de rêver sa vie future, jusqu’à transformer ce rêve en une image assez puissante pour qu’on se dise : allez, j’y vais, je tente le coup !

Et ça, le passage à l’action, il se produit dans une sorte de déclic, un moment où on se dit qu’on a plus à perdre à ne rien faire qu’à essayer, et que si on échoue, et bien on recommencera, ou on fera autre chose.

Donc, à tout ceux qui sont en panne d’orientation, quelque soit votre âge, je vous dis : prenez votre temps, faites des expériences, explorez le monde, les gens autour de vous et ne vous laissez pas intimider, n’ayez pas peur de vous tromper, il n’y a rien de grave, la vie est longue, essayez, vivez !


katell

Psychologue et psychanalyste, je collabore depuis plusieurs années avec des conseillers d'orientation et des formateurs. J'ai aussi deux fils qui se demandent ce qu'ils feront à l'âge adulte. C'est pour eux que j'ai décidé de réunir mes connaissances sur ce blog, et finalement de les partager avec vous. Ensemble on va plus loin ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.