Orthophoniste et neurologue, l’histoire de Gisèle Gelbert

Publié par katell le

Voici l’histoire étonnante d’une orthophoniste devenue neurologue. Gisèle Gelbert a mis au point une méthode pour traiter les enfants atteints de troubles graves du langage. Des enfants qui n’arrivent pas à lire, ou à écrire, ou à parler, voire les trois en même temps.

Des enfants qui sans son intervention n’auraient jamais pu poursuivre leurs études et auraient rejoint les établissements réservés aux enfants souffrant de handicap psychique. L’un d’eux est même devenu polytechnicien!

devenir neurologue

Gisèle pourrait être ton arrière-grand-mère. Elle est née en 1933.Tu me diras: pourquoi s’intéresser au parcours d’une personne qui a connu un contexte historique si différent du tien?

Tout simplement parce que la manière dont se décide une orientation ne dépend pas uniquement d’une époque ou d’un lieu. Bien sûr, si tu nais dans une famille pauvre à Katmandou, tes choix de vie seront nettement plus restreints que si tu es issu des classes moyennes françaises. Si tu es une femme ou un homme, les obstacles rencontrés ne seront pas toujours les mêmes selon le degré d’égalité entre les sexes qui règne dans le domaine professionnel que tu vises.

Quoiqu’il en soit, bien des aspects du parcours de Gisèle sont transposables à notre siècle.

Gisèle Gelbert est née en 1933 à Port Saïd en Égypte. Son père, de nationalité française, travaillait sur le Canal de Suez, comme ses aïeux. Sa mère était d’origine grecque. Elle a grandi dans un milieu qu’elle qualifie de simple et peu cultivé.

carte du moyen orient

Lorsqu’elle entre à l’école primaire, elle sait déjà lire. On lui fait sauter une classe, et l’institutrice la confie aux bons soins d’une élève de CE1, Youna, qui deviendra sa meilleure amie. Douée toutes les deux pour les études, elles entrent en lutte amicale pour les premières places de leur classe.

La jeune femme passe son bac à l’âge de 16 ans et demie et part à Paris étudier en licence de  Lettres modernes et d’anglais. Elle n’est pas très motivée par ce cursus. Elle n’a pas d’idée du métier qu’elle pourrait exercer.

Depuis l’enfance, elle pense qu’elle a une mission sur terre, mais elle ne sait pas laquelle.

Elle suit à l’université un enseignement de linguistique, et un certificat de phonétique où elle rencontre une orthophoniste avec laquelle elle sympathise. C’était un nouveau métier dont la formation venait d’être lancée. Gisèle décide de la suivre.

Elle commence à travailler dans le service du professeur Diatkine, un brillant pédopsychiatre et psychanalyste, qui l’a engagée pour créer son service d’orthophonie. Rapidement elle se trouve en désaccord avec la manière dont on rééduque les troubles du langage. Diatkine l’encourage à publier un article pour exposer ses hypothèses. Mais elle se heurte au pouvoir médical qui refuse de la reconnaître.

Du coup, à 30 ans, en 1963, alors qu’elle a déjà 2 enfants, avec le soutien moral et financier de son mari, elle décide de reprendre des études de médecine! Onze ans plus tard elle passe son doctorat, choisit la spécialité de neurologue et se concentre sur l’étude des troubles aphasiques. Ses patients sont des adultes qui ont perdu totalement ou partiellement l’usage de la parole, l’écriture ou la lecture à cause d’un AVC (accident vasculaire cérébral) ou d’un traumatisme crânien.

Malgré son statut de neurologue, elle parvient difficilement à se faire entendre. Ses contributions sont censurées.

Ses bons résultats ne suffisent pas à convaincre la communauté médicale. Le traitement qu’elle propose remet en cause les méthodes de rééducation habituelles et les modèles du fonctionnement linguistique du cerveau. L’éducation nationale n’apprécie pas non plus que sa pédagogie soit discutée.

Gisèle Gelbert est-elle le Eric Foreman de la neurologie française?

Dr House

Eric Foreman (joué par l’acteur Omar Epps), neurologue dans la série Dr House

 

Quoiqu’il en soit, elle ne se décourage pas! Elle commence à s’intéresser aux enfants atteints des mêmes troubles que les adultes aphasiques. Certains de ces enfants n’ont pas de lésions cérébrales détectables. Pourtant avec eux sa méthode marche aussi. Elle s’en aperçoit en s’occupant de Simon, un enfant de 11 ans qui n’arrivait pas du tout à lire malgré les traitements habituels: orthophonie classique ou psychothérapie. Simon lui est adressé par une pédopsychiatre du CMP où il était traité sans succès, Caroline Eliacheff qui est aussi psychanalyste.  Au bout de 60 séances, à raison de deux par semaines, il est capable de lire comme n’importe qui! Ce résultat donne beaucoup de crédit à ses travaux. A partir de là elle parvient à se faire entendre d’une plus grande partie de la communauté médicale.

Au cours de sa carrière Gisèle a soigné ou participé au soin de près de 8000 jeunes patients. Un de ses anciens patients vient même d’entre en école d’ingénieur, et un autre à Polytechnique! Elle a fondé une association pour former les orthophonistes à sa méthode et diffuser ses découvertes. Aujourd’hui, même si elle ne donne plus de consultations, elle continue de conseiller les professionnels qui la sollicitent pour des cas d’aphasie particulièrement complexes.

Les secrets d’orientation de Gisèle

1.Une amie à qui se mesurer:

Du CP au bac, son amitié avec Youna la motive pour travailler du mieux qu’elle peut. Youna et elle entrent dans une compétition amicale pour les premières places.

2.Des rencontres

Au moins 4 personnes ont influencé son destin. D’abord son professeur de linguistique en licence de lettres. Elle s’en inspirera pour établir un schéma des fonctions linguistiques du cerveau. Ensuite l’orthophoniste qui lui a donné envie de le devenir à son tour. Puis le professeur Diatkine, qui lui donne la possibilité de développer sa propre méthode alors qu’elle n’est pas médecin. Enfin la pédopsychiatre et psychanalyste Caroline Eliacheff qui lui confie Simon et lui permet d’ouvrir son approche aux enfants.

3.Une capacité de travail importante

Bac à 16 ans et demie, reprise d’études longues à 30 ans alors qu’elle est mère de famille, séminaires et écriture de nombreux ouvrages. Gisèle est une bosseuse, apparemment à l’aise avec l’université.

4.Des centres d’intérêt qui se recoupent

Orthophoniste, puis médecin neurologue, elle se montre intéressée tant par la linguistique que par les sciences médicales. C’est cette originalité de son parcours où elle met en relation les deux disciplines qui lui permet de faire avancer la recherche en orthophonie.

5.Une mission à accomplir

Dès l’enfance elle est persuadée d’avoir une mission à accomplir sur cette terre. Elle n’a pas la moindre idée de ce dont il s’agit, mais elle finit par le découvrir au fil des rencontres qui structurent sa vie professionnelle. En étant animée de cette conviction, elle peut faire face aux obstacles nombreux auxquels elle doit faire face pour prendre sa place dans le milieu médical.

Comment devenir Neurologue?

Si tu t’intéresses aux neurosciences et à la médecine, ce métier est fait pour toi Winking smile

Il te faut réussir la PACES, suivre les études de médecine jusqu’à la 6e année, et choisir ta spécialité à ce moment-là. Tes possibilités de choisir seront fonction de ton classement au concours d’internat en fin de 6e année. Les places sont en effet limitées dans chaque spécialité. Ensuite tu devras poursuivre ta spécialisation pendant encore 5 années.

Comment devenir orthophoniste?

Si tu aimes les matières littéraires et scientifiques, comme Gisèle Gelbert, tu peux tenter le concours d’orthophoniste. A l’issue de ce concours tu entreras dans une des 19 écoles d’orthophonie, pour une formation de 5 années, reconnue de niveau Master 2.

Pour aller plus loin:

L’interview de Gisèle Gelbert sur France Culture

Les mystères du Cerveau humain (documentaire)

C’est pas Sorcier: le cerveau 1

 


katell

Psychologue et psychanalyste, je collabore depuis plusieurs années avec des conseillers d'orientation et des formateurs. J'ai aussi deux fils qui se demandent ce qu'ils feront à l'âge adulte. C'est pour eux que j'ai décidé de réunir mes connaissances sur ce blog, et finalement de les partager avec vous. Ensemble on va plus loin ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.